A first in a series of WASH knowledge sharing and mutual learning events


News

Les 28 et 29 mai 2019, la SNV, gestionnaire du Fonds des Acteurs Non Etatiques (ANE) du Programme OmiDelta de l’Ambassade des Pays-Bas a initié un atelier d’échanges pour les Organisations Exécutantes (OE) des projets de la composante Approvisionnement en Eau, Hygiène et Assainissement (AEPHA) financés par le Fonds. Cet atelier a permis le partage d’expériences et de connaissances, ainsi que l’apprentissage mutuel entre les acteurs du Fonds ANE.

Lors de l’atelier, les équipes des OE (AERAMR, Oxfam, SIA N’SON, Helvetas, Protos, ANAP,  et AProDESE) ont pu échanger sur les résultats et enseignements, ainsi que sur les bonnes pratiques en présence des représentants des acteurs clés du secteur dont la Direction Générale de l’Eau (DGEau), l’Agence Nationale d’Approvisionnement en Eau Potable en Milieu Rural (ANAEP-MR),l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), l’Assistante Technique du Programme OmiDelta et la GIZ.

Progrès et résultats obtenus par sous-composante

Approvisionnement en Eau Potable (Helvetas, ANAP, Protos, AProDESE)
Une fois l’étude de base réalisée par chaque organisation, la construction et la remise en état de diverses infrastructures d’alimentation en eau ont commencé. Les kiosques à eau situés notamment dans la zone périphérique de Parakou ont été réhabilités par l’ONG AProDESE. Des compteurs d'eau équipés d'une pompe de motricité humaine (FPM) ont été installés à côté des trous de forage. La capacité des acteurs communaux (élus, cadres et agents) a été renforcée par plusieurs activités de formation organisées par ANAP, non seulement pour garantir la bonne gestion des ouvrages, mais aussi maintenir fonctionnalité de la redevabilité des infrastructures d'approvisionnement en eau. Il en a été de même pour la capacité des citoyens à contrôler la qualité de la prestation des services, avec le soutien de l'Association des Consommateurs d'Eau Potable (ACEP).

Hygiène et Assainissement (Oxfam, AERAMR, SIA N’SON, Protos, Helvetas)
En matière d’hygiène et d’assainissement, les résultats sont tout aussi édifiants grâce aux différentes initiatives, notamment par l’ONG SIA N’SON, pour le maintien durable de l’état FDAL dans de nombreuses localités. Cette ONG et Helvetas prévoient également l’implantation de marchés de l’assainissement, communément appelé « sanimarchés », et ont pu bénéficier de l’expérience de Protos dont les nouveaux sanimarchés devraient vite voir le jour suite au lancement du projet InnEAUVASSion. Des maçons de la zone d’intervention d’AERAMR ont également suivi une formation visant la construction de latrines (en particulier les latrines à fosse). Enfin, dans le cadre des efforts visant à « boucler la boucle de l'assainissement », le processus de construction d'une usine de traitement des boues de vidange a été expliqué par Oxfam.

Un FPM avant sa réhabilitation - village de Gando Baka, Kalalé (ANAP)

Animation de sensibilisation - village de Toungadeji, Malanville (SIA N'SON)

Défis à relever

Plusieurs problèmes clés ont émergé de la mise en œuvre du programme. On note entre autres, le respect des délais contractuels, la durabilité des technologies promues et des dispositifs mis en place, l’atteinte de résultats de qualité, etc. Egalement, le manque d’implication des acteurs municipaux a limité l’appropriation et la compréhension de leurs rôles et responsabilités

Quelques recommandations

Plusieurs recommandations ont été faites pour surmonter les difficultés de mise en œuvre et améliorer la performance des projets, entre autres :

  • Utiliser de manière efficace et efficiente les outils et mécanismes de suivi & évaluation pour favoriser la collecte de données fiables ;
  • Mettre en place des technologies innovantes mais adaptées au contexte ;
  • Renforcer la synergie et la complémentarité entre les organisations exécutantes (par exemple en matière de dynamisation des ACEP) ;
  • Contacter l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) en cas de difficultés avec les communes.

 

 

FPM équipé d’un compteur - Village d’Allérou Gah, Parakou (AproDESE)

Latrines en matériaux locaux - Village de Wéré, Kandi (SIA N’SON)

En outre, des éléments de bonnes pratiques d’adaptation ou de mise à l’échelle ont été identifiés :

  • Pose de compteurs sur les FPM permettant de suivre la gestion des délégataires, les redevances et même la quantité d’eau consommée par les populations.
  • Mutualisation des moyens par les ménages favorisant le passage à l’échelle dans les villages FDAL (communément appelé « tontines latrines »).
  • Mécanismes pour améliorer la transparence et le recouvrement des redevances au niveau des ouvrages d’AEP.

Les autres acteurs de cet atelier ont permis de nourrir les connaissances, notamment en matière de promotion d’emploi des jeunes dans le secteur AEPHA avec Plan Bénin, l’implication des femmes avec la GIZ, la durabilité avec Oxfam et l’Assistance Technique OmiDelta.

Au terme de l’atelier, les participant(e)s n’ont pas caché leur satisfaction pour la qualité des échanges. « Nous avons réellement appris. Les échanges que nous avons eus nous permettent d’initier d’autres projets », a indiqué Emmanuel Adjeran de ANAP. Edouard Akpinfa de Oxfam a souligné que les expériences partagées permettent d’avoir un autre visage des projets. « Nous partons avec une autre énergie pour la mise en œuvre de nos projets. Nous partons requinqués », a-t-il confié.

Finalement, Ousmane Ibrahim, le Coordonnateur du Fonds ANE a indiqué qu’il faut « continuer à rechercher et à nourrir les cas de réussite identifiés pour une mise en œuvre encore plus effective et efficace des projets et du Fonds ANE ! »

Expert

Ousmane Ibrahim

OmiDelta NSA Project Manager